André

Il n’était pas charismatique, André Il n’avait rien de fantastique, André À sa façon , humble et fragile En pauvre héraut de l’Évangile C’était un brave petit curé Il était fidèle en prière, André Il nous portait par son bréviaire, André Toujours un mot pour le bon Dieu Il nous montrait la voie des Cieux…

Je t’aime, mon Église

Je ne suis rien sans toi, Église, ma demeure, en toi parmi les hommes je veux servir, aimer.

D’aimer être aimé

Je priais en me baladant, et j’ai reçu au cœur une parole à moi seul destinée, venue du fond des âges, et pour l’éternité : « je t’aime. »

J’attends ce grand moment

J’attends ce grand moment, O frère, où nous jouerons ensemble, à l’ombre des palmiers, dans la lumière.

Les voyageurs

Où vont-ils dans la cacophonie des couloirs engourdis, les annonces de panne, les odeurs de sueur, les voyageurs ?

L’amour de Dieu est un voyage

L’amour de Dieu est un voyage
Qu’on fait au pas de l’Evangile
Avec ta vie pour paysage
Tu comprends que tu es fragile