Rappelle-moi d’aimer

Image

Rappelle-moi d’aimer, Seigneur, avant que le temps ici-bas n’en soit passé.

Rappelle-moi de dire à ceux que j’aime, que je les aime.

Bien sûr, un jour en Toi, tout sera rassemblé, et un unique Amour nous unira.

Mais tu aimes qu’on aime, Seigneur, quand ce n’est pas donné.

Quand on se traîne encore sur cette Terre.

Qu’on pleure autant qu’on aime, qu’on doute et qu’on enchaîne les peurs, les pleurs, qu’on s’emmêle dans des douleurs.

Qu’on aime, malgré la haine, Seigneur, qu’on ose pardonner.

Un jour je Te verrai, Tu sais, sur la colline, où pour la première fois je T’ai prié.

Je sais que Tu seras mon Tout, Seigneur, j’espère être sauvé.

Je lâcherai de mes doigts torturés, je laisserai tomber, mes plaies, mes erreurs, mes péchés. Je laisserai mes peaux mortes tomber.

J’avancerai comme un mort restauré, les pieds sanglants, le cœur brisé, conscient d’avoir si peu aimé.

Alors, en attendant, Seigneur, laisse-moi aimer.

Ici-bas, malgré mes cécités, mes égoïsmes, mes peurs acharnées.

Parce qu’aimer, ici, Seigneur, mérite tant de valeur.

Aimer, ici, Seigneur, c’est espérer.

Et ça…

C’est tellement compliqué.

Rappelle-moi d’aimer, Seigneur.

.

« Le bon samaritain », Aimé Nicolas Morot (1850–1913) , 1880.

Publicités

2 Comments

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s