D’aimer être aimé

2830976005_69e7218d44_b

J’étais à la campagne, dans un lieu féérique, à l’un de ces moments féériques, vous savez, quand soudain la lumière vire à l’orangé, et consume arbres et fleurs, prairies et animaux comme dans un tableau. Je me suis arrêté de marcher. Je priais en me baladant, et j’ai reçu au cœur une parole à moi seul destinée, venue du fond des âges, et pour l’éternité : « je t’aime. »

On en a quelquefois, de ces fulgurances, de ces certitudes et autres micro révélations, de ces petits messages ailés qui viennent se poser sur votre cœur, on en a de ces bouts de compréhension à la fois tout petits et tellement grands, sur ce que l’Esprit dit à notre esprit et nous révèle de l’Amour ou de la volonté du Père sur nous, ce qui revient au même d’ailleurs. Mais là, je suis resté comme envahi d’un amour sans limite, comme embrasé d’un amour vif et clair, comme bercé d’un amour à la fois paternel, maternel et fraternel, comme si mon Créateur était pour moi tous les amours, toutes les amitiés, toutes les sympathies, compréhensions, écoutes, attentions et tendresses rassemblées en un seul élan, et qui fait vivre.

J’ai aimé à pleurer être aimé de cet être aimé, j’aimé aimer être aimé par l’Amour même.

Dieu, que je brouille souvent notre amour, que je passe du temps à tout sauf  T’écouter, à refermer mon cœur, pour que Tu ne voies pas ce que je fais sans Toi, hors Toi, et contre Toi, qu’on appelle le péché, quand je sais bien au fond que devant Toi je suis nu de la nudité la plus incapable de rien cacher, et que mon seul bonheur est d’être tout entier vers Toi ouvert, soumis, et orienté. Je sais qu’en Toi seul je puis espérer atteindre à combler la béance insondable de ma soif infinie d’être aimé, choyé, et écouté, approuvé, consolé, aidé, pardonné, reconstruit, apprécié, béni, regardé, et que cette soif terrible et grande est dans la contemplation, dans le don et l’offrande à Toi qui me donnes tout. Néanmoins, cependant, quelquefois, il arrive, trop souvent, que le vieil Homme en moi résiste et fuie, se cache, méprise, efface, coupe, nie, mente, pèche, empêche.

Mais que je me souvienne de ce moment, ou de mille millions d’autres, et je retrouve l’envie d’être vers Toi tourné, à Toi donné, en Toi caché, Toi qui es tout Amour. Le pardon me replace alors dans ta perspective, et je regoûte alors au bonheur en abime, d’aimer, et d’aimer être aimé.


Image publiée par Katie Dalton sous licence Creative Commons CC BY-NC-ND 2.0 à l’adresse : http://www.flickr.com/photos/katiedee/3500464529/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s